ACTUALITES

CFDT « 70 000 pois chiche » à EKIDEN Grenoble

0

Les militants CFDT ont participé brillamment ce dimanche 20 octobre à l’épreuve de l’EKIDEN…

L »EKIDEN » est organisé par GIANT innovation Campus, cette épreuve est consacrée chaque année à une association locale. En 2019, au bénéfice de l’association « DON du SANG » en Isère.  L’ekiden est un marathon (42,195 km) en relais de 6 coureurs. Les distances sont imposées et sont réalisées par 6 coureurs différents dans l’ordre suivant : 5 km, 10 km, 5 km, 10 km, 5 km, 7,195 km.

Deux équipes CFDT de 6 coureurs relevaient le défi dans le cadre du challenge  » 70 000 pois chiche » lancé par l’URI CFDT . Celle-ci vise à augmenter son nombre d’adhérents à 70 000 d’ici le prochain congrès de juin 2020.

Cette journée s’est déroulée  dans la bonne humeur et a rassemblé près de 760 équipes. Nos militants CFDT ont montré leur motivation et ont porté haut les couleurs et les valeurs CFDT.

 

20 octobre 2019 |

Offensive contre les Kurdes, l’Union européenne doit mettre fin à l’accord sur la migration avec la Turquie

0
Par Yvan Ricordeau, secrétaire national de la CFDT

La CFDT condamne fermement la guerre menée par la Turquie au nord de la Syrie.

Sous prétextede prévenir la formation d’un corridor terroriste à sa frontière méridionale et avec l’objectif à peine voilé de frapper tout embryon d’émancipation du peuple kurde, la Turquie déstabilise encore plus une région déjà éprouvée par des années de guerre au détriment du droit international.

Alors que seule une solution politique en vue d’une transition démocratique peut répondre aux besoins de sécurité et de stabilité des habitants de la région, cette opération militaire turque risque d’embraser la région et d’aggraver la situation déjà critique des populations déplacées.

La CFDT se joint à l’appel de la Confédération européenne des syndicats aux leaders européens de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour arrêter l’invasion turque du nord de la Syrie.

La CFDT appelle à mettre un terme à l’accord sur la migration de l’Union européenne avec la Turquie et de ne pas céder au chantage au flux migratoire d’Erdogan.

Les valeurs européennes doivent être au-dessus des calculs politiques.

11 octobre 2019 |

Journee internationale du travail décent EN FRANCE COMME AILLEURS, IL FAUT AGIR POUR LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS !

0

Ce 7 octobre 2019 est la journée internationale du travail décent. Cette journée reste indispensable pour continuer de mettre en lumière les difficultés rencontrées par les travailleuses et travailleurs sur l’ensemble de la planète, difficultés concernant leurs rémunérations, leurs conditions de travail mais aussi leur émancipation individuelle et collective dans un monde du travail où la démocratie est souvent prise en défaut.

Le thème retenu cette année « Investir dans les soins pour l’égalité de genre ». Il met en évidence la situation des femmes au travail qui sont celles qui assument le plus souvent des activités de soins, parfois de façon informelle. Cette thématique fait forcément écho à la situation actuelle en France, dans le secteur de la santé, notamment les hôpitaux et les EPHAD, dont les travailleurs, et le plus souvent les travailleuses, continuent de subir des conditions de travail délétères, qui mettent en danger leur santé et celle de leurs patients.

Toujours en France, la précarité due au contrats courts ou aux temps partiels subis génère de plus en plus de travailleuses et travailleurs pauvres, qui même en ayant une activité salariée vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Ils sont plus d’un million en France. Quant aux conditions de vie au travail et de rémunération des travailleurs des plateformes, indépendants juridiquement mais dépendants économiquement, la décence de leur travail reste à démontrer. Ils sont nombreux à subir des conditions de travail déplorables et sont tributaires des exigences posées par la plateforme dont ils dépendent.

Pour la CFDT, la journée mondiale du travail décent 2019 doit contribuer à la réflexion sur les évolutions indispensables des droits des travailleuses et des travailleurs partout dans le monde mais aussi de faire que les travailleuses et travailleurs en France puissent être acteur de leur travail mais aussi plus largement dans la société. C’est le sens des propositions que la CFDT fait au gouvernement et au Medef.

9 octobre 2019 |

Parler d’immigration : Oui, mais autrement !

0

                                    

La question migratoire n’est pas un tabou, mais la manière d’en parler n’est pas neutre. L’organisation d’un débat à l’assemblée nationale lundi 7 octobre a montré que ce sujet mérite bien mieux, en y associant tous les acteurs sociaux pour sortir du strict cadre partisan.

 

Voilà des années que les gouvernements successifs partent d’un postulat selon lequel l’affichage d’une politique migratoire restrictive à l’égard des droits des migrants est la seule que l’opinion pourrait entendre, et l’unique façon de gagner des voix sur l’extrême droite. Ce postulat est un contresens, qui relègue certains enjeux prioritaires au second plan, et prive les Français de la parole de raison et du débat sincère qu’ils méritent.

 

Parler d’immigration, oui, mais pour construire une véritable politique d’insertion de celles et ceux qui ont obtenu le droit de résider sur notre territoire, pour repenser l’accueil des demandeurs d’asile et résorber les campements insalubres dans lesquels tentent de survivre nombre d’entre eux, et pour améliorer la prise en charge, dès leur arrivée sur le territoire, des mineurs isolés étrangers dans l’intérêt supérieur de l’enfant.

 

Parler d’immigration, oui, mais ceux qui travaillent au plus près des questions migratoires (les policiers, les agents des préfectures, les travailleurs sociaux mais aussi les militants) n’ont pas besoin qu’on empile les normes et les dispositifs. Ils ont besoin d’un droit lisible, applicable, bâti sur les règles éthiques qui cimentent notre société.

 

Parler d’immigration, oui, mais pour permettre aux fonctionnaires de la République d’appliquer le droit sans renier leurs valeurs et afin d’assurer l’accès aux Préfectures pour les personnes migrantes dans le respect de leurs droits.

 

Parler d’immigration, oui, mais pour faire cesser l’enfermement inutile en centre de rétention administrative de personnes qui, comme le constatent régulièrement les juges, n’ont pas à y être. De même, il faut arrêter les tracasseries dont les citoyens qui apportent une aide humanitaire sont l’objet (multiplication des PV, mise en garde à vue, accusations diverses d’entrave, de rébellion, de trouble à l’ordre publique), en respectant le principe de fraternité reconnu par le Conseil constitutionnel en juillet 2018.

 

L’envahissement ne menace pas la France, pas plus que le grand remplacement. Aucune politique ne peut être soutenable si elle est appuyée des préjugés et des peurs plutôt que sur la raison.  Alors débattons de l’immigration, mais en laissant aux extrémistes de droite leurs obsessions.

 

Le Président dit vouloir être « progressiste et pragmatique » : nous sommes prêts à proposer des solutions en ce sens, loin de la surenchère anti-immigration qui nuit à la cohésion du pays.

9 octobre 2019 |
CFDT Isère - Copyright 2012 - 2017.