ACTUALITES

L’interview de Josette Dizet SG CFDT Retraités Isère, la situation des retraités

0

La CFDT Retraités dit STOP !

TROP c’est TROP: c’est un nouveau coup porté au porte-monnaie des retraités !

Le gouvernement a annoncé en début de semaine que les pensions de retraite ne seraient plus à l’avenir indexées sur l’inflation mais augmenteraient de manière fixe de 0,3% / an en 2019 et 2020.
Une mesure qui s’ajoute à la hausse en janvier dernier de la CSG.
Josette Dizet secrétaire générale de CFDT Retraite en Isère a été interviewée sur la radio RCF Isère, mercredi 29 août 2018 à 7h20, afin de faire le point sur la situation des retraités en France.

Ecouter l’interview de Josette DIZET du mercredi 29 août 2018

 

La CFDT Retraités revendique et propose:

  • des mesures concrètes pour compenser les pertes de pouvoir d’achat des retraités (gel des pensions en 2018)
  • la revalorisation des basses pensions
  • une indexation des pensions sur salaires
  •  la suppression de la cotisation spécifique de 1% sur les pensions de retraites complémentaires

 

La CFDT Retraités agit au au quotidien pour le respect de chacun, chacune.

Consulter ICI le site de l’Union Confédérale des Retraités (UCR) CFDT

Aujourd’hui, j’ADHERE à la CFDT Retraités, afin de défendre mon pouvoir d’achat !

29 août 2018 |

Répondez à l’enquête en ligne: Et maintenant… parlons retraites

0

Deux ans après Parlons travail, la CFDT lance une nouvelle enquête en ligne. Il s’agit cette fois-ci d’interroger les Français sur un sujet qui les concerne tous : la retraite.

Au moment où le gouvernement commence des concertations avec les organisations syndicales sur l’épineuse question des retraites, la CFDT donne la possibilité à tous les Français de s’exprimer à travers une enquête en ligne qui devrait faire date. Nom de code : parlonsretraites.

Jeunes, actifs et retraités sont invités à répondre en ligne à une batterie de questions afin de mieux cerner les attentes de la population en la matière. « À l’opposé des débats techniques et anxiogènes, l’enquête Parlons retraites se veut ludique, participative et accessible à tous, explique Laurent Berger. Nous partons du vécu et des attentes des citoyens. » Les thèmes vont du pouvoir d’achat à la vie de couple en passant par la santé et les solidarités à préserver ou celles à imaginer. Si, pour les besoins des chercheurs, il est demandé en début de questionnaire des renseignements personnels (âge, profession, etc.), les réponses sont bien entendues anonymes et confidentielles. Et même si la personne décide de laisser son adresse mail (facultatif), il est impossible de faire le lien entre ses réponses et ses coordonnées.

Comme pour Parlons travail, ce qui fait le sel de cette enquête « pas comme les autres », c’est la possibilité de confronter en temps réel ses réponses à celles des autres internautes et voir ainsi si son opinion est majoritaire ou à contre-courant de la pensée dominante. Il est également possible de visionner des vidéos (particulièrement captivantes) de personnes qui ont accepté de répondre devant la caméra au questionnaire. Enfin, cerise sur le gâteau, il est possible de poser directement à la CFDT une question, cette dernière s’engage à apporter une réponse personnalisée.

L’objectif que s’est fixé la CFDT est d’atteindre 50 000 répondants d’ici à la fin août pour que les chercheurs, qui vont ensuite étudier les résultats, puissent s’appuyer sur une base de données solide. Les militants CFDT sont donc incités à diffuser massivement le lien vers l’enquête auprès de leurs collègues et de leur entourage amical et familial. « Parlons travail a été la plus grande enquête jamais réalisée sur le travail, espérons que Parlons retraites suive le même chemin », a souligné Laurent Berger lors du lancement officiel du site, lors d’une conférence de presse le mardi 12 juin. C’est bien parti en tout cas, plus de 11 000 personnes se sont déjà prêtées au jeu au premier jour de la mise en ligne. Pourquoi pas vous ?

jcitron@cfdt.fr

27 juin 2018 |

La CFDT Cheminots suspend le mouvement de grève

0

La CFDT Cheminots, après consultation des ses adhérents, suspend (à une très large majorité de 85%) le mouvement de grève après le 28 juin, tout en restant déterminée concernant la suite des négociations.

Après le vote définitif de la loi pour un nouveau pacte ferroviaire, l’enjeu est désormais pour la CFDT d’obtenir des garanties de la part de l’Union des transports publics (UTP), l’organisation patronale du secteur, sur une convention collective nationale de branche. 

26 juin 2018 |

La CFDT Carrefour obtient la baisse des indemnités de départs de l’ex-PDG

0

Le 15 juin, une centaine de militants CFDT sont intervenus lors de l’assemblée générale des actionnaires du groupe Carrefour. Interpellée sur la rémunération de ses dirigeants, la direction a été mise sous pression et les indemnités de départ de l’ancien PDG ont été revues à la baisse. 

« Nous sommes très satisfaits de notre intervention », a déclaré Sylvain Macé, le délégué national CFDT de chez Carrefour à l’issue de l’assemblée générale des actionnaires où plus d’une centaine de militants CFDT, petits actionnaires de Carrefour, sont intervenus, à grands renforts de sifflets. Cette intervention a eu lieu le 15 juin dernier à Aubervilliers (93). « Nous avons réussi à mettre la direction sous pression, estime le cédétiste, sur les critères de déclenchement de primes des dirigeants pour lesquels nous demandons plus de transparence. »

D’ailleurs l’ancien PDG, Georges Plassat, a annoncé qu’il renonçait à près de 4 millions € de ses indemnités pour un montant total de 17 millions. « Tout ceci démontre qu’on n’est pas impuissant et qu’on peut faire plier une direction sur une thématique de justice sociale » a commenté Sylvain Macé. La CFDT Carrefour a pris acte de cette décision tout en la jugeant « tardive et partielle » et a demandé à ce que les 4 millions soient réinjectés dans la négociation sur le partage des bénéfices qui doit aboutir d’ici le 25 juin. Elle demande également que 100 millions soient mis au pot de cette négociation pour les 128 000 salariés du groupe soit environ 800 € par travailleur.

Les militants CFDT présents à l’AG des actionnaires ont également pu constater qu’ils n’étaient pas les seuls à critiquer la politique de la direction. Des questions ont été posées par des investisseurs sur le bien-fondé de la mise en location-gérance de magasins et certains ont proposé de renoncer à leurs dividendes, comme le souhaite la CFDT. Pour autant, l’échelle des salaires dans le groupe reste de 1 à 300 !  « Nous allons continuer nos actions, poursuit le délégué national CFDT, jusqu’à ce qu’on revoit le mode de gouvernance du groupe. » Ce dernier traverse une crise profonde qui pourrait se solder par la suppression de plus de 5 000 emplois dans le cadre du plan de transformation 2022 annoncé par l’actuel PDG en février.

dblain@cfdt.fr

19 juin 2018 |
CFDT Isère - Copyright 2012 - 2017.