ACTUALITES

Communiqué intersyndical : La préservation du pouvoir d’achat nécessite un meilleur partage de la richesse

0
Publié le 13/07/2022
Par La CFDT, CGT, FO, CFE-CGC,CFTC, Unsa, Solidaires, FSU, Unef, La voix lycéenne, Fidl, Fage et MNL

A l’heure où les conflits sociaux se multiplient pour obtenir des revalorisations salariales légitimes au moins à la hauteur du taux d’inflation, la question du pouvoir d’achat est centrale pour les travailleurs et travailleuses. 

Alors que les débats commencent à l’Assemblée nationale sur cet enjeu prioritaire,  nos organisations respectives réaffirment ensemble que le sujet relève également des politiques salariales dans les branches, les entreprises et la Fonction publique. Parce qu’elles considèrent que le salaire relève du partage des richesses, les organisations syndicales et de jeunesse sont unanimes sur le fait que le sujet prioritaire doit être l’augmentation des salaires, des retraites et pensions, des minimas sociaux et des bourses d’études. 

Une succession de mesures ponctuelles et majoritairement financées par l’Etat ne peut constituer un ensemble suffisant pour répondre à l’urgence. Réduire les inégalités, notamment entre les femmes et les hommes, exige avant tout des mesures visant à une meilleure répartition des richesses au profit des salariés. Le salaire doit demeurer la base d’un partage des richesses rééquilibré en faveur des salariés. La prise en charge de mesures de pouvoir d’achat est aussi de la responsabilité des employeurs privés comme publics.  

Les organisations syndicales et de jeunesse réaffirment que le SMIC doit demeurer un salaire d’embauche et qu’il ne peut pas être une trappe à bas salaires maintenant les salariés au SMIC toute leur carrière professionnelle. 
La conditionnalité des aides aux entreprises est aujourd’hui un impératif. Elle doit permettre aux branches professionnelles et aux entreprises de mener des politiques plus concrètes en matière sociale et environnementale, notamment par le dialogue social. Le futur débat parlementaire doit permettre d’avancer notamment sur cette conditionnalité des aides aux entreprises qui ne jouent pas le jeu en matière salariale.

Les organisations syndicales et de jeunesse rappellent que ces exonérations et allègements de cotisations mettent à mal notre système de protection sociale collective. 

Nos organisations conviennent de se réunir à nouveau début septembre afin de poursuivre leurs échanges.  

18 juillet 2022 |

Élections législatives: Les urgences des travailleurs ne doivent pas souffrir de la situation politique

0

Le taux d’abstention record observé lors de ce deuxième tour des élections législatives, notamment chez les jeunes, et le nombre inédit d’élus à l’Assemblée Nationale issus des rangs du Rassemblement national illustrent ce que la CFDT dénonce depuis des mois : la société est plus que jamais fracturée et elle souffre d’une grande fatigue démocratique.

Les discours ambigus entre les deux tours sur l’extrême droite ont participé à la montée en puissance d’une force qui défend des valeurs contraires à celles de la République. Beaucoup d’incertitudes pèsent désormais sur la situation politique. Il ne revient pas à la CFDT de les commenter, elle prend acte des résultats. Mais les travailleurs et les travailleuses ne doivent pas en pâtir.

Au lendemain d’un congrès qui l’a confortée avec une approbation de sa résolution générale à plus de 90%, la CFDT réaffirme qu’il est urgent d’agir pour le pouvoir de vivre des travailleurs et des citoyens, d’accélérer les décisions permettant de faire face au changement climatique dans la justice sociale, d’améliorer les conditions de travail et d’emploi, de revitaliser la vie démocratique, notamment en donnant plus de poids à la parole de la société civile organisée et des corps intermédiaires.

Dans cette période incertaine, la CFDT prendra toute sa place de première organisation syndicale pour défendre les intérêts des travailleurs et des travailleuses et prendre sa part pour une société juste et apaisée.

20 juin 2022 |

LA CFDT AU CÔTÉ DES TRAVAILLEURS SAISONNIERS

0

Pour la 24e année consécutive, la CFDT lance une campagne en direction des travailleurs saisonniers et des jeunes en jobs d’été : les jeunes et les travailleurs précaires dont font partie les saisonniers ont été très impactés par la crise sanitaire.
L’année dernière, la CFDT avait obtenu la possibilité pour ces travailleurs de pouvoir bénéficier du dispositif d’activité partielle, mais bon nombre d’employeurs n’avaient pas joué le jeu et n’avaient au final pas confirmé les promesses d’embauche en contrats saisonniers.
Faute de sécurité, une forte proportion de travailleurs saisonniers s’est orientée vers d’autres branches professionnelles. Le secteur de l’hôtellerie, cafés, restauration a, par exemple, perdu 10 % de ses saisonniers.
Cette année, même si le contexte sanitaire est plus favorable à l’embauche de saisonniers, les difficultés de recrutement se sont accentuées et les employeurs ont beaucoup de mal à trouver la main d’œuvre dont ils auront besoin pour accueillir les touristes cet été…


La CFDT ne relâche donc pas ses efforts cet été, comme le reste de l’année : pour la 24 e année consécutive, les militants CFDT se mobilisent sur le terrain de juin à octobre pour aller à la rencontre des saisonniers et des jeunes en jobs d’été.
Objectif : les accompagner, leur expliquer leurs droits, en menant des actions de proximité pour leur faire découvrir nos outils de campagne.
Inès Minin, secrétaire nationale CFDT, en charge de la politique à destination des jeunes.

 
Cette année la CFDT a souhaité marquer le coup en démarrant cette campagne par des actions solidaires et environnementales : elles auront toutes lieu aux mêmes dates, les 4 et 5 juin 2022.

Tout l’été, nos structures seront présentes et visibles partout en France, dans les lieux touristiques, sur les bords de plage, dans les exploitations agricoles, devant les parcs d’attractions, etc., là où se concentrent les travailleurs saisonniers.


UNE MAISON VIRTUELLE DES SAISONNIERS
La CFDT informe également les travailleurs saisonniers via sa « maison virtuelle des saisonniers » : https://www.cfdt.fr/maisonsaisonniers.
Les saisonniers peuvent y retrouver les accords de branches et les informations sur les droits qui les concernent, les liens vers des sites d’offres d’emploi saisonniers, les contacts CFDT de leur région, les bons plans pour les travailleurs saisonniers, les forums emploi jeunes
et saisonniers, nos offres de services à l’adhérent, etc…


Cette maison virtuelle des saisonniers permet à toutes celles et ceux qui n’ont pas la possibilité de télécharger notre application « Ma saison » (GooglePlay et App Store) via un smartphone d’avoir une seconde plateforme numérique d’informations sur leurs droits.
Accessible sur internet depuis un ordinateur ou une tablette, sur le site cfdt.fr

saisonnier-2205-dosssier presse-interactif-07

 
1 juin 2022 |

Face au nouveau gouvernement, la CFDT joue cartes sur table

0
 

 

 
image
© Eric Tschaen/RÉA

iconeExtrait de l’hebdo n°3826

Les rencontres bilatérales se sont multipliées ces derniers jours. L’occasion d’échanger sur la méthode de dialogue souhaitée par les partenaires sociaux et, pour la CFDT, de présenter son cahier revendicatif reprenant l’ensemble de ses propositions.

Par Anne-Sophie Balle— Publié le 31/05/2022 à 14h02

 

Pas le temps de traîner. À peine dévoilée la composition du nouveau gouvernement, les principaux ministères ont enchaîné les rendez-vous. Les 23 et 24 mai, Matignon, Bercy et la rue de Grenelle ont tour à tour reçu les numéros un des organisations syndicales et patronales1.

1. L’école et la santé ayant été érigés en chantiers prioritaires, le Sgen-CFDT et la CFDT-Fonctions publiques ont échangé avec leur ministre de tutelle.

L’objectif est clair : effectuer une première prise de contact et suggérer que la méthode verticale de l’exercice du pouvoir, tant décriée par les corps intermédiaires, appartient désormais au passé. Avec les partenaires sociaux, la Première ministre, Élisabeth Borne, a évoqué « les sujets de contexte, de méthode et de calendrier pour permettre de fixer un cadre commun à notre action », avant de réunir son gouvernement afin de « définir les feuilles de route des différents ministres et partager la méthode gouvernementale ».

Le gouvernement le sait : la moindre étincelle risque d’embraser des foyers de colère. Le contexte est tel que, quel que soit le sujet abordé, la méthode choisie sera déterminante. D’autant que les dossiers chauds s’accumulent : aux préoccupations sociales sur le pouvoir d’achat et l’emploi, qui appellent des solutions rapides, s’ajoutent désormais des défis structurels relatifs au travail, à la transition écologique ou à l’Europe – qui demandent une réponse collective, insiste la CFDT. « Relever ces défis ensemble nécessite d’abord d’innover sur la méthode afin que les décisions ne soient pas imposées d’en haut », écrit-elle en préambule du copieux cahier revendicatif remis le 24 mai à Olivier Dussopt, le nouveau ministre du Travail, du Plein-emploi et de l’Insertion. « La CFDT appelle à une véritable logique de co-construction des politiques publiques avec les acteurs concernés [et à] dépasser les crispations et les intérêts particuliers pour offrir à chacun un projet collectif porteur de progrès social. »

 

Pouvoir d’achat, le nerf de la guerre

En tout état de cause, le pouvoir d’achat fait figure d’urgence absolue, les lois d’urgence ayant été inscrites en première page de l’agenda parlementaire (lire l’encadré). Coincé entre la hausse de l’inflation et les conséquences de la guerre en Ukraine, le gouvernement d’Élisabeth Borne sait que ses marges de manœuvre sont étroites et accueille de fait positivement la proposition CFDT d’un rendez-vous au sujet du pouvoir d’achat et du partage de la valeur, rendez-vous qui devrait avoir lieu en amont de la présentation du projet de loi.

Mais la centrale de Laurent Berger va plus loin et demande des réponses structurelles. « S’il est de la responsabilité première des employeurs de rémunérer décemment le travail […] l’État dispose de leviers d’incitation, voire de contrainte sur les entreprises et les branches », peut-on lire dans le dossier transmis au ministre du Travail. Aussi souhaite-t-elle reconstruire une dynamique de négociation structurelle, assortie d’une obligation de rendez-vous salarial dans les trois mois suivant la revalorisation du Smic pour les branches dont les minima sont inférieurs au salaire minimum et d’une suspension des exonérations de cotisations sociales pour les branches se trouvant « en dehors des clous ». Un juste partage de la valeur dans les entreprises sous-entend également d’interdire le versement de dividendes en l’absence de participation ou d’intéressement pour les salariés et de fixer, par la loi, un rapport maximal de 1 à 20 entre les plus hautes et les plus basses rémunérations de l’entreprise ou du groupe1.

1. Un rapport de 1 à 253 est actuellement enregistré pour les entreprises du CAC 40 (source Oxfam)…

Travailler tous, travailler mieux

Bien que « rétrogradé » par les Français dans l’ordre des priorités, l’emploi demeure un sujet tout aussi prégnant en ce début de quinquennat. Contrairement à ce que suggérait, il y a quelques mois encore, le Président candidat, « notre pays est encore loin du plein-emploi », assure la CFDT, tant les problématiques structurelles du chômage n’ont pas disparu. Aussi, afin de mieux anticiper et accompagner les mutations (qu’elles soient économiques, technologiques ou écologiques), la CFDT préconise la création d’une « assurance transition emploi » avec des droits universels attachés à la personne. « L’idée est d’aboutir à un dispositif global capable de s’adapter aux besoins d’emploi et de formation [en] articulant les dispositifs existants d’accompagnement [et] en coordonnant les organismes qui les portent », assure Marylise Léon, secrétaire générale adjointe de la CFDT. Les discussions portant sur la transformation de Pôle emploi en un guichet unique d’accès à l’emploi baptisé France Travail (et suggérant une fusion des différents acteurs) devraient d’ailleurs commencer rapidement, même si aucun calendrier n’a pour l’heure filtré.

 

Le temps, une nouvelle conquête sociale ?

 « Au-delà du coup d’arrêt brutal de la vie économique, la crise sanitaire est venue questionner largement le sens du travail et son organisation, dont on voit bien aujourd’hui qu’elle ne peut plus relever de la seule prérogative de l’employeur », poursuit la centrale syndicale. Tirant les conclusions de la crise Covid (et de la capacité des partenaires sociaux à construire des solutions ensemble), la CFDT estime que le temps est venu de faire de l’organisation du travail un sujet de négociation obligatoire – conformément à l’ANI santé au travail de décembre 20201 – et de démocratiser davantage le télétravail par la mise en place de tiers lieux ou d’un chèque bureau négocié dans l’entreprise.

1. Il acte que les travailleurs doivent pouvoir être impliqués dans les évolutions d’organisation qui touchent leur travail.
 

« Négocier l’organisation du travail, c’est aussi revoir la possibilité de gérer son temps de travail pour le concilier avec ses autres temps de vie », poursuit Marylise Léon. Dans cette optique, la CFDT propose un nouveau droit à la maîtrise de son temps sous la forme d’un Cetu (compte épargne-temps universel). « Inspiré des CET existants, le Cetu est accessible à tous, quel que soit son statut, la taille de son entreprise, son secteur d’activité ou la nature de son contrat de travail », précise le cahier revendicatif. Attaché lui aussi à la personne, il est transférable d’un emploi à l’autre et devra être abondé par l’employeur de cinq jours par an au minimum pour devenir ce nouveau droit à la main du travailleur, ce qui doit lui permettre de retrouver la maîtrise de son temps. Plus largement, les évolutions du travail sont telles qu’elles nécessitent selon la CFDT d’y réfléchir collectivement en convoquant des Assises du travail. Une première réponse pourrait être donnée au début juillet, avec l’organisation d’une grande conférence sociale visant à définir une méthode de travail et de dialogue. La Première ministre l’a confirmé. Mais la CFDT jugera sur pièces.

 
 

Un projet de loi prévu après les législatives

Le calendrier se précise. Selon la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, le projet de loi sur le pouvoir d’achat sera présenté le 29 juin en Conseil des ministres puis soumis au Parlement dans la foulée. « La Première ministre et le président de la République, avec les ministres, vont s’exprimer sur les contours, l’esprit, sur ce qu’il y aurait dans ce texte, avant très certainement le second tour des élections législatives. Mais ce texte sera présenté en Conseil des ministres quelques jours après les législatives et arrivera ensuite au Parlement », a-t-elle déclaré. « C’est un projet de loi très lourd, avec le chèque alimentaire, le bouclier tarifaire, le triplement de la prime Macron, avec les dispositifs de participation, d’intéressement, de dividende salarié. »

Côté salaires, la porte-parole du gouvernement a voulu souligner qu’il faut continuer de discuter avec les entreprises, car « ce n’est pas l’État qui augmente les salaires ». Mais l’exécutif pourrait être contraint, sous la pression des syndicats et de la société civile, de pousser les branches professionnelles à revaloriser leurs minima conventionnels. Depuis le 1er mai et l’augmentation automatique du Smic liée à l’inflation, 147 branches ont au moins un coefficient en dessous du salaire minimum.

Fabrice Dedieu

[retour au texte principal de l’article]

 

Les propositions de la CFDT au gouvernement Borne pdf

1 juin 2022 |

“M. le président, Vous ne pourrez pas faire sans nous !” – Signez la carte pétition

0
Publié le 29/04/2022

Au lendemain de l’élection présidentielle, la CFDT interpelle Emmanuel Macron l’invitant à répondre à 15 revendications  sur le pouvoir d’achat, le travail, l’emploi, les retraites, l’écologie et la santé. Vous aussi, interpellez le président de la République en signant et envoyant la carte pétition ci-dessous (par voie postale [sans affranchissement] ou par voie électronique) ! 

«  M. le président,
Notre société est en crise, elle sort fragilisée de ces dernières années: nous avons besoin de réponses immédiates ! Montrez que vous savez être à l’écoute, répondez aux 15 revendications de la CFDT ! »

– Pouvoir d’achat –

• Revalorisation immédiate des grilles de salaire suite à l’augmentation du SMIC, dans le privé et dans le public
• Aucun versement de dividendes aux actionnaires sans intéressement ou participation pour les salariés
• Revalorisation des minima sociaux et des APL, pour compenser l’inflation

– Travail –

• Financement intégral des formations des personnes souhaitant se reconvertir (en cas de travail pénible ou d’emploi menacé)
• Prise en compte de la pénibilité pour tous les travailleurs concernés
• Modification des ordonnances travail pour un dialogue social de qualité

– Emploi –

• Retour au niveau d’allocation chômage d’avant la réforme de 2021
• Accompagnement systématique des seniors pour préparer leur seconde partie de carrière
• Refus de mesures punitives pour les bénéficiaires du RSA et un réel accompagnement vers l’emploi

– Retraites –

• Pas de report de l’âge légal de la retraite
• Minimum de pension pour une carrière complète au niveau du SMIC net

– Écologie –

• Rénovation des 4,8 millions de logements mal isolés
• Doublement du chèque énergie

– Santé –

• Mise en place d’un plan de lutte contre les déserts médicaux
• Investissements et recrutements dans les hôpitaux, Ehpad et tous les établissements de santé

 

5 mai 2022 |
CFDT Isère - Copyright 2012 - 2020