ACTUALITES

Communiqué intersyndical : La priorité de la rentrée sociale n’est pas la baisse des droits au chômage !

0

Publié le 09/09/2022

Par CFDT, la CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC, l’Unsa, Solidaires, la FSU, l’Unef, la Voix lycéenne, la Fage, la Fidl et la MNL.

En cette rentrée sociale, le pouvoir d’achat et l’augmentation des salaires, des pensions, des retraites, minimas sociaux et bourses d’études demeurent un sujet majeur pour nombre de travailleuses, travailleurs et jeunes. Comme nous le déclarions le 12 juillet, la préservation du pouvoir d’achat nécessite toujours un meilleur partage de la richesse.

Si cette question est prioritaire la question de l’emploi et de la formation l’est tout autant.

A cette question, le gouvernement donne une réponse simpliste : une nouvelle réforme de l’assurance chômage durcissant les règles d’indemnisation des demandeurs d’emploi. Il sous-entend ainsi que le chômage est un choix.

Cibler les droits au chômage est totalement inefficace. Stigmatiser une nouvelle fois les demandeurs d’emploi en diminuant leurs droits à indemnisation est profondément injuste. Cela risque d’accentuer la précarité notamment de jeunes, alors que seul le taux de chômage de ces derniers a augmenté de 1.3 point ce trimestre.

Si, selon plusieurs études, les employeurs peinent aujourd’hui à recruter c’est d’abord parce qu’ils ne trouvent pas les qualifications et les compétences qu’ils recherchent. Nos organisations syndicales et de jeunesse rappellent que ce sont aussi les conditions de travail ou d’emploi proposées qui posent problème : salaires trop bas, horaires atypiques ou imprévisibles, mauvaises conditions de travail, contrats très courts, difficultés liées aux modes de transport… Enfin, nous rappelons que plus de la moitié des demandeurs d’emploi ne sont pas indemnisés.

C’est tout l’enjeu du débat qu’il faut engager sur l’emploi et le travail, dont une réforme de l’assurance chômage n’est qu’un élément, alors que depuis quelques mois les difficultés de recrutement sont pointées dans de nombreux secteurs d’activité.

Les réponses à ces problèmes sont multiples et nos organisations syndicales et de jeunesse réaffirment leur opposition à la modification des règles d’indemnisation des demandeurs d’emploi en fonction de la conjoncture (notamment la contracyclicité). 

En termes d’emploi, plutôt que de se focaliser sur le durcissement des règles d’indemnisation, la question de meilleures conditions de travail et de l’accompagnement de la transformation des métiers pour répondre aux enjeux environnementaux est aussi posée.

Alors que cet été a mis violemment en lumière les conséquences du changement climatique, nos organisations réaffirment aujourd’hui la nécessité d’engager une transition écologique socialement juste.

Chacune et chacun d’entre nous est concerné, et l’ensemble des organisations représentant des travailleuses et travailleurs d’aujourd’hui comme de demain doit y prendre toute sa place. Les impacts de cette transition écologique sont multiples et concerneront à la fois les activités, les métiers, les emplois, les qualifications et les compétences. Répondre à ce défi majeur, c’est anticiper ses impacts et construire des réponses aux besoins des travailleuses et travailleurs concernés dans le cadre de la formation initiale et continue, investir dans la jeunesse et la formation initiale.

Cela nécessite donc des investissements à la hauteur des enjeux, notamment dans l’enseignement supérieur et l’enseignement professionnel. Tous ces sujets doivent relever du dialogue social dans les entreprises, les branches professionnelles et au niveau interprofessionnel.

Nos organisations attendent des réponses à la hauteur. 

Nos organisations conviennent de se réunir à nouveau début octobre afin de poursuivre leurs échanges.

 

Paris, le 9 septembre 2022

14 septembre 2022 |

Uber Eats : Les livreurs mis directement à la porte

0
Publié le 06/09/2022
Par Luc Mathieu, secrétaire national de la CFDT et Thomas Aonzo, Président d’Union-Indépendants

C’est un scandale à bas bruit qui a pris sa source en plein cœur de l’été et continue à se dérouler actuellement sans réaction du gouvernement : en quelques semaines, la société Uber Eats a déconnecté plus de 3000 livreurs à vélo sans préavis ni aucune explication préalable.  

Ainsi, du jour au lendemain, des travailleurs majoritairement précaires, qui ont assuré la livraison de repas pour des millions de concitoyens pendant les confinements successifs, ont été privés de leur activité principale. 

Depuis plusieurs années la CFDT et Union-Indépendants défendent et œuvrent pour améliorer la situation des travailleurs livreurs à vélo qui exercent leur métier dans un cadre si précaire qu’il ne leur offre aucune protection en cas d’accident du travail et aucun moyen de contester les décisions de leur donneur d’ordre. Pour les travailleurs sans papiers qui n’ont d’autre choix que de travailler sous alias pour survivre, la CFDT et Union-Indépendants demandent un réexamen de leur situation en considérant que l’activité exercée sous statut indépendant, comme pour les salariés, doit conduire aux mêmes droits. 

Uber Eats jette ainsi violemment des milliers de personnes dans une extrême précarité. La CFDT et Union-Indépendants le dénoncent et ne laisseront pas faire : elles demandent des explications sur les motifs de cette décision inacceptable et que le gouvernement fasse la lumière sur ces déconnexions massives. La CFDT et Union-Indépendants exigent de l’Etat et de l’ARPE une réunion d’urgence pour traiter de cette question.

14 septembre 2022 |

Loi pouvoir d’achat : des mesures contrastées

0
Publié le 05/08/2022
Par Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale de la CFDT

Le Parlement vient d’adopter le projet de loi « portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat » et le projet de loi de finances rectificative.

Ces deux textes devaient répondre à l’envolée de l’inflation, qui pèse sur de nombreux Français, en particulier les plus fragiles. S’ils contiennent des mesures attendues pour améliorer le pouvoir d’achat, la CFDT regrette des choix qui ne stimulent pas assez les politiques salariales des entreprises et qui ne prennent pas en compte l’évolution du travail.

La CFDT salue le relèvement des minimas sociaux, le plafonnement des hausses de loyer et la mise en place d’une prime de rentrée pour les bénéficiaires de minimas sociaux ou de la prime d’activité. Ce sont des mesures d’urgence qui vont apporter rapidement du pouvoir d’achat aux Français. La réduction de 3 mois à 45 jours pour l’ouverture de négociations salariales de branches lorsque les minimas conventionnels sont inférieurs au SMIC est aussi une bonne nouvelle. Mais la CFDT regrette que toute conditionnalité des aides publiques aux entreprises ait été rejetée.

De plus, certaines mesures vont à l’inverse avoir des conséquences négatives pour les travailleurs. Ainsi, pérenniser et tripler la « prime de pouvoir d’achat » revient à inciter à substituer des primes à des augmentations salariales, qui, elles, ouvrent des droits futurs aux travailleurs – en termes d’assurance-chômage, de retraite, etc. Là où il aurait fallu être créatif, et développer par exemple les dispositifs d’intéressement et de participation, le Parlement sert de vieilles recettes avec la monétisation des RTT.

L’enjeu fondamental de la juste répartition de la richesse créée dans l’entreprise est également absent de ces textes, tout comme la question de la solidarité fiscale, avec le rejet de la contribution exceptionnelle des plus hauts revenus.

A nouveau, la CFDT interroge ces choix, ainsi que celui de la diminution des cotisations patronales et la défiscalisation des heures supplémentaires, qui vont peser sur les ressources de l’Etat et nos capacités de financement de la protection sociale.

La CFDT continuera de porter ses revendications, sur les rémunérations, la fiscalité, le logement et l’énergie, pour répondre aux préoccupations des travailleurs. La période que nous vivons et les défis, écologiques et sociaux, auxquels nous faisons face, nous appellent à changer nos logiciels de pensée pour passer enfin du pouvoir d’achat au pouvoir de vivre.

14 septembre 2022 |

Disparition de Frédéric Sève : Un immense responsable CFDT nous a quittés

0
Publié le 26/07/2022
Par la Commission exécutive de la CFDT

Le décès brutal du Secrétaire national Frédéric Sève, survenu ce lundi 25 juillet plonge toute la CFDT dans une immense tristesse. Nous perdons un responsable national de grande qualité, un militant infatigable qui se sera battu pour plus de justice sociale pour tous les travailleurs du public et du privé, et un ami.

Professeur de sciences économiques et sociales, Frédéric s’est très vite engagé au Sgen CFDT. Il est devenu Secrétaire général de la fédération en 2012 avant d’intégrer la Commission exécutive de la Confédération en 2016. Responsable du dossier des retraites, il n’a cessé ces dernières années de lutter avec conviction et persévérance pour rendre le système plus juste. ll fut également le grand artisan de l’alliance de la CFDT avec une soixantaine d’organisations dans le Pacte du pouvoir de vivre. 

Sans jamais se départir d’un humour qu’il maniait avec délice, Frédéric a contribué par ses combats, ses convictions et ses valeurs à porter très haut la voix de la CFDT. Adhérents, militants, responsables régionaux, fédéraux, nationaux, nous lui en sommes tous extrêmement reconnaissants. Nous pensons à sa famille et à ses proches et garderons à jamais le souvenir du sourire qu’il arborait en juin dernier à la tribune du congrès de Lyon, durant lequel il a co-porté la résolution, lors de sa brillante réélection.

14 septembre 2022 |

Communiqué intersyndical : La préservation du pouvoir d’achat nécessite un meilleur partage de la richesse

0
Publié le 13/07/2022
Par La CFDT, CGT, FO, CFE-CGC,CFTC, Unsa, Solidaires, FSU, Unef, La voix lycéenne, Fidl, Fage et MNL

A l’heure où les conflits sociaux se multiplient pour obtenir des revalorisations salariales légitimes au moins à la hauteur du taux d’inflation, la question du pouvoir d’achat est centrale pour les travailleurs et travailleuses. 

Alors que les débats commencent à l’Assemblée nationale sur cet enjeu prioritaire,  nos organisations respectives réaffirment ensemble que le sujet relève également des politiques salariales dans les branches, les entreprises et la Fonction publique. Parce qu’elles considèrent que le salaire relève du partage des richesses, les organisations syndicales et de jeunesse sont unanimes sur le fait que le sujet prioritaire doit être l’augmentation des salaires, des retraites et pensions, des minimas sociaux et des bourses d’études. 

Une succession de mesures ponctuelles et majoritairement financées par l’Etat ne peut constituer un ensemble suffisant pour répondre à l’urgence. Réduire les inégalités, notamment entre les femmes et les hommes, exige avant tout des mesures visant à une meilleure répartition des richesses au profit des salariés. Le salaire doit demeurer la base d’un partage des richesses rééquilibré en faveur des salariés. La prise en charge de mesures de pouvoir d’achat est aussi de la responsabilité des employeurs privés comme publics.  

Les organisations syndicales et de jeunesse réaffirment que le SMIC doit demeurer un salaire d’embauche et qu’il ne peut pas être une trappe à bas salaires maintenant les salariés au SMIC toute leur carrière professionnelle. 
La conditionnalité des aides aux entreprises est aujourd’hui un impératif. Elle doit permettre aux branches professionnelles et aux entreprises de mener des politiques plus concrètes en matière sociale et environnementale, notamment par le dialogue social. Le futur débat parlementaire doit permettre d’avancer notamment sur cette conditionnalité des aides aux entreprises qui ne jouent pas le jeu en matière salariale.

Les organisations syndicales et de jeunesse rappellent que ces exonérations et allègements de cotisations mettent à mal notre système de protection sociale collective. 

Nos organisations conviennent de se réunir à nouveau début septembre afin de poursuivre leurs échanges.  

18 juillet 2022 |
CFDT Isère - Copyright 2012 - 2020