Les responsables de l’UL CFDT VIENNE ont rencontré la députée de la 8ème circonscription Caroline ABADIE

0

L’Union Locale CFDT de VIENNE a rencontré la députée de la 8ème circonscription Caroline ABADIE le 19
octobre.
Un moment d’échanges intéressant qui a permis aux militants CFDT d’alerter la députée sur des
points importants tant au niveau local que national.
Sur le plan local :
Hôpital de VIENNE, EHPAD : un manque criant de personnel. 1 médecin chef de pôle en gériatrie
absent depuis plusieurs mois, des collègues en arrêt. Conséquence : 28 lits fermés par manque de
médecin, l’EHPAD de Chasse/Rhône n’est pas complet par manque de médecin, alors que les besoins
en accueil de personnes âgées sont énormes. 7 mn pour faire manger un pensionnaire en EHPAD !!
Problèmes avec les temps de pause du personnel à l’hôpital, une volonté de passer le personnel à un
temps de travail à 12H/jour ce qui est illégal.
Les structures de petite enfance (ADF 38,….) et aide aux personnes âgées (ADPAH,….)
manquent de personnel. Et le personnel en place n’est souvent pas formé. Un turn over énorme, ces
personnels étant payés au SMIC et travaillant à temps partiel. Du coup les publics recevant ces
personnels sont souvent traités de manière dégradée par manque de professionnalisme. Et ce ne
sont pas les personnels qu’il faut critiquer mais les employeurs qui ne veulent pas dépenser pour
former leurs salariés et versent des salaires bien trop bas.
Entreprise LVA (Vienne mobilité, les bus circulant sur VIENNE) : insécurité sur l’ensemble du
réseau, conditions de travail difficiles et pressions permanentes de la direction. Réseau très
difficile suite aux travaux et ralentisseurs inadéquats pour les véhicules urbains.
Une direction particulièrement rigide envers ses salariés (es) qui règne par les lettres
d’avertissement et les conseils de discipline.
Transports et infrastructures routières : difficulté de cohérence entre rive droite et rive
gauche du Rhône, ainsi que Givors. Ce ne sont pas les mêmes compagnies ce qui entraine des
tronçons et des horaires différents.

Sur le plan national :
Retraités : la hausse de la CSG de 1,7% (306 euros par an pour une pension de 1500 euros), le gel
de la revalorisation des retraites en 2018 et 2019 limitée à 0,3% est une provocation
supplémentaire à laquelle s’ajoute la mise en veilleuse de la généralisation du tiers payant. Crainte
de voir la remise en cause des pensions de réversion.
Les retraités (es) sont très en colère contre le gouvernement. Ils ont le sentiment d’être les
victimes d’une baisse de pouvoir d’achat et d’atteinte à leur dignité qu’ils soient en EHPAD ou à leur
domicile.
Retraites : la CFDT est dans l’attente des premières pistes souhaitées par le gouvernement. Elle
alerte sur le fait que l’âge de départ à taux plein à 62 ans doit rester en l’état (entre 160 et 172
trimestres selon l’année de naissance) Si ce n’est le cas, la CFDT fera tout pour le combattre.
Des échanges succincts également sur la politique sociale du gouvernement, le remaniement
ministériel (qui n’intéresse pas la CFDT), les difficultés qu’ont les jeunes, des jeunes de plus en plus
difficiles à gérer dans les écoles et près de leurs lieux d’habitation.
En données 2015, le niveau de vie des classes moyennes est situé entre 1 245 et 2 259 euros par
mois pour une personne seule, entre 2 435 et 4 378 euros pour un couple et entre 3 253 et 5 609
euros pour un couple avec deux enfants.
Le SMIC net étant de 1188 euros, on fait donc partie de la classe moyenne à 1245 euros, soit
57 euros de plus. De qui se moque-t-on !!
Si le gouvernement ne redresse pas sérieusement la barre, il risque d’avoir des déceptions lors de
prochaines élections et le mécontentement qui court risque un de ces jours de faire descendre
beaucoup de monde dans la rue.
Et la CFDT sera à leurs côtés comme elle l’est avec les retraités aujourd’hui.

 

23 octobre 2018 |

Les commentaires sont fermés.

CFDT Isère - Copyright 2012 - 2017.